Découvrez
les autres actualités

Les lauréats 2016

Lundi 23 mai, après une journée intense de délibérations au Centquatre-Paris, les jurés José-Manuel Gonçalves, Constance Guisset, Mathieu Kassovitz, Patrice Lamothe, Jean-Baptiste de Laubier (Para One) et Jérôme Ruskin ont remis les Audi talents awards 2016 : Théodora Barat, en Art contemporain, Raphaël Pluvinage & Marion Pinaffo, en Design, Romain Benitez, en Musique à l’image, et Jérôme Blanquet, en Court-métrage.

Art contemporain : Théodora Barat

Vivier de l’Art minimal, zone test d’urbanisme, État-banlieue destiné à désengorger New York, et à ce titre foyer de toutes les expérimentations architecturales, le New Jersey raconte une vision moderne du XXème siècle. Esquissant un décor de science-fiction, parfois à l’abandon, il forge son existence propre. La moindre anecdote devient événement historique. Une Histoire de bas-côté, de bord de route, de ruines. C’est ce paysage que Théodora Barat, lauréate Audi talents award Art contemporain 2016, propose de questionner avec son projet « Learning from New Jersey ». À la fois un film entre documentaire et expérimental, et un installation composée de sculptures, vidéos, photos et objets collectés, le projet de la jeune femme est un écho à sa propre vision de la banlieue parisienne où elle a grandi. Théodora Barat, née en 1985, a étudié aux Beaux-Arts de Nantes avant d’intégrer en 2010 Le Fresnoy – Studio National des arts contemporains. Son travail a été montré dans des lieux comme Le Centre Pompidou (Paris), Glassbox (Paris), La Fabrique (Toulouse), Contemporary Art Center (Vilnius, Lituanie), LABoral (Gijón, Espagne), Museum of Fine Arts (Boston, États-Unis).

Court-métrage : Jérôme Blanquet

Alexandro se porte volontaire pour une expérience sur l’étude des rêves.

Il ne se doute pas qu’il va subir l’intrusion d’Elsa, une Intelligence Artificielle qui va numériser et dématérialiser son inconscient pour s’en nourrir. Le synopsis d’ « Altération », qui a remporté l’Audi talents award Court-métrage 2016, s’inscrit dans la continuité du travail de Jérôme Blanquet (43 ans) sur les représentations de notre inconscient.

« Que ce soit sur le plan sonore ou visuel, j’ai toujours été poussé à représenter ce que l’on peut voir et ressentir dans les états de conscience modifiée : rêve, transe, coma… », explique Jérôme, qui codirige par ailleurs le groupe de création projectsinge depuis 1998 et participe au projet live audio-vidéo Demolécularisation. Format 360° immersif (VR) et relief (S3D), diffusion Web/Smartphone/Tablette/Masque de réalité virtuelle… : le court-métrage de Jérôme Blanquet propose de faire un cinéma différent, à mi chemin entre l’expérimental et la fiction. Un projet particulièrement ambitieux, qui a fait l’unanimité du jury.

Design : Raphaël Pluvinage & Marion Pinaffo

Lauréats de la résidence Te Ataata à Auckland en Nouvelle-Zélande à l’automne 2015 où ils ont commencé à développer leur projet “Papier Machine”, Raphaël (30 ans) et Marion (28 ans) pratiquent un design ludique et coloré, fait d’expérimentation et d’interaction avec le public. Apprentissage scientifique pour lui, arts appliqués pour elle, ces deux designers jeunes trentenaires diplômés avec les félicitations du jury de l’ENSCI Les Ateliers comptent déjà plusieurs expositions à leurs actifs : Centre Pompidou, Gaîté Lyrique et Cinékid à Amsterdam… Le projet « Papier Machine » qui leur a valu l’Audi talents award Design 2016, propose de montrer, faire sentir et comprendre la matière derrière l’électronique. Le gyroscope d’un smartphone, la résistance d’un composant… : l’objectif est de matérialiser simplement le principe du système sur papiers imprimés et sérigraphies avec des encres aux propriétés électriques. L’ensemble constituant une série de jeux destinés en particulier aux enfants. Rassemblés dans un livre mais aussi sur des papier-peints exposés au sol, au plafond ou au mur, ces jeux expliquent les principes électroniques de base et font apparaître de nouvelles formes qui racontent une histoire : une carte mère se transforme en ville miniature, un circuit imprimé devient terrain de sport…

 

Musique à l’image : Romain Benitez

Déjà finaliste en 2013, Romain Benitez (30 ans) est créateur musical depuis 2008. Aujourd’hui, il multiplie les collaborations artistiques créatives avec de grandes marques tout en poursuivant l’écriture de créations personnelles. En lien direct avec son cursus universitaire (master Musique et études des matières sonores sous la direction du chercheur et compositeur Martin Laliberté), son rapport à la création musicale et sonore se nourrit d’influences éclectiques. Création musicale, arrangement, design sonore, mixage… Ce multi-instrumentiste compte déjà plus de 90 créations à son actif. INFINITE, le projet personnel qu’il présente aux Audi talents awards est né « de la volonté d’adapter le format symphonique aux standards musicaux contemporains ». Pièce électro-symphonique donc, le projet consiste en un concert mis en images via la projection live de formes génératives. Grâce à une série d’algorithmes, à chaque entité sonore correspond un objet visuel, qui se déploie en temps réel sur la musique. « La réussite complète de la relation image et son se situe à l’endroit même où apparaît la notion de cohérence sensorielle. C’est un des défis majeurs de ce projet », résume son créateur.