Découvrez
les autres actualités

Les finalistes Design 2016

Les  finalistes 2016 de la catégorie Design sont désormais connus : Raphaël Pluvinage & Marion Pinaffo, Maxime Vicens et Sylvain Chasseriaux… Proposer une expérience ludique vulgarisant les grands principes de l’électronique, rendre accessible au monde entier les produits électroniques grand public, promouvoir un nouveau mode d’habitat nomade et poétique… Présentation des trois projets que défendront leurs designers le 23 mai devant le jury.

Sylvain Chasseriaux

Déjà finaliste en 2012 des Audi talents awards, diplômé en 2014 de l’ENSCI Les Ateliers avec les félicitations du jury, Sylvain Chasseriaux (28 ans) a été retenu parmi les finalistes Audi talents awards 2016 avec son projet de diplôme « Handcrafted electonics ».

Moyen de revisiter les circuits habituels de la production industrielle, son projet vise à aider les entreprises de toutes tailles et de tous pays à manufacturer des produits électroniques. Sylvain propose un écosystème de semi-produits électroniques compatibles, souples, durables et rapides à assembler.

Les composants de ce kit prêt à l’emploi (interrupteurs, connectique, batterie, antenne wifi, etc.) permettraient de commercialiser facilement des produits grand public : Lampes à LED, horloges connectées, enceintes bluetooth, etc.). L’idée étant que chacun puisse intégrer des technologies ordinairement difficiles d’accès, tout en mobilisant certaines ressources locales (bois, ardoise, bambou, papier…) et des savoir-faire vernaculaires.

Raphaël Pluvinage & Marion Pinaffo

Lauréats de la résidence Te Ataata à Auckland en Nouvelle-Zélande à l’automne 2015 où ils ont développé leur projet “Papier Machine”, Raphaël (30 ans) et Marion (28 ans) se suivent et s’influencent depuis plusieurs années.

Apprentissage scientifique pour lui, arts appliqués pour elle, ces deux designers jeunes trentenaires diplômés (avec les félicitations du jury de l’ENSCI Les Ateliers) comptent déjà plusieurs expositions à leurs actifs : Centre Pompidou, Gaîté Lyrique et Cinékid à Amsterdam…

Présenté aux Audi talents awards 2016, le  projet « Papier Machine » est constitué d’une série de jouets en papier imprimés et sérigraphiés avec des encres aux différentes propriétés électriques. Compilés dans un cahier,  ces jeux expliquent des principes électroniques de base et font apparaître de nouvelles formes qui racontent une histoire ; une carte mère se transforme en ville miniature, un circuit imprimé devient terrain de sport…

Ce projet pourrait également donner lieu à une exposition intégrant des espaces interactifs démontrant le fonctionnement de quelques grands principes électroniques.

Maxime Vicens

Diplômé de l’École d’Architecture de Paris La Villette, Maxime Vicens (42 ans) dirige l’agence EXP architectes depuis 2008 avec Antoine Chassagnol et Nicolas Moskwa.

A lire le CV de Maxime, son expérience en urbanisme opérationnel, en planification, maîtrise d’œuvre architecturale et la liste de ses principales réalisations (ZAC,  éco-quartier, logements BBC…),  on s’attend à rencontrer un architecte-urbaniste certes engagé, mais pas nécessairement le  concepteur/promoteur du… camping-car pantographe !

« Projet de détournement d’usage, ce concept iconoclaste est né de l’envie d’explorer et de s’évader ! Il fait écho aux rêves et aux jeux de notre enfance, et réveille notre fascination pour les mécanismes, le voyage et l’aérien », résume-t-il avec malice. Une idée simple et facilement réalisable qui peut s’appliquer à tous types de véhicules dotés d’un système d’élévation en pantographe.

Habitat d’un nouveau genre, le camping-car pantographe ainsi créé peut se différencier en plusieurs espaces : équipement/articulation/vie/+ terrasse/+ conduite. Une formule magique pour habiter la canopée, côtoyer une faune volatile, avoir une vue par-dessus la dune, s’élever au-dessus d’une route et s’offrir à peu de frais une nouvelle et aérienne manière d’être nomade !