Découvrez
les autres actualités

Les finalistes Art Contemporain 2016

Les  finalistes 2016 en Art contemporain sont désormais connus : Théodora Barat, Jean-Philippe Basello, Nahiza Mestaoui. Un film expérimental pour documenter l’archéologie du New Jersey, un projet  de recherche pour faire vivre la pensée dans le futur, une œuvre interactive pour rendre visible l’intelligence des plantes, … Ces trois propositions singulières seront défendues le 23 mai par leurs auteurs devant le jury.

Théodora Barat

Née en 1985, Théodora Barat a étudié aux Beaux-Arts de Nantes avant d’intégrer en 2010 Le Fresnoy – Studio National des arts contemporains.
Elle mène depuis un travail de film, de sculpture et d’installation. Présenté aux Audi talents awards, son projet « Learning from New Jersey » est un projet multiple, mêlant film, photographies et installation vidéo. « A l’instar des multiples facettes d’une installation, le film diffractera une expérience, sorte de documentaire expérimental science-fictionnel», explique l’artiste dont le travail a été exposé dans des lieux comme Glassbox (Paris), La Fabrique (Toulouse), Contemporary Art Center (Vilnius, Lituanie), LABoral (Gijón, Espagne), Museum of Fine Arts (Boston, États-Unis).

Irrigué par le New-Jersey Turnpike, son artère principale, l’Etat du New Jersey aux Etats-Unis, en sera le personnage principal. Le film se propose de documenter l’archéologie de ce territoire périphérique truffé d’itinéraires bis, de bases militaires abandonnées et de spécificités locales. Un ensemble auquel s’ajouteront des éléments sculpturaux créés par Théodora Barat.

Jean-Philippe Basello

Foin d’ci et maintenant… avec Jean-Philippe Basello (28 ans), le temps se conjugue au futur, au futur… Extra-Progressif… Cet ancien étudiant des Beaux-Arts participe actuellement à l’exposition Museum On/Off au Centre Pompidou.

La nouvelle approche du temps qu’il propose avec son projet « Carpe post Diem » a retenu l’attention du jury Audi talents awards 2016. En question ici, une représentation du temps introduisant la notion de dimension. Le futur n’est plus appréhendé comme une distance temporelle toujours devant mais comme un écart dimensionnel, accessible par la pensée.

Après deux ans de recherche, Jean-Philippe Basello souhaite désormais matérialiser sa conception. En plaçant le corps même de la pensée dans son infinité de futurs possibles via de nouveaux outils de représentation (tri)dimensionnelle du temps, un nouveau temps grammatical…. D’où l’invention – entre autres –  proposée par l’artiste d’un futur extra-progressif « le bourgeon éclot et sa feuille tomberade ».

L’objectif, souligne l’artiste, est « de rendre les théories concrètes, de les partager avec un public, que cette conception du temps interagisse avec notre réalité, et de voir ce qu’elle produit. »

Naziha Mestaoui

Artiste tunisienne et belge formée en architecture, Naziha Mestaoui est reconnue comme une pionnière dans l’art digital. New York, Paris, Tokyo, Sao Paulo, Shanghai… Elle expose aujourd’hui dans le monde entier.

Ses séjours au coeur des peuples autochtones (Amazonie, Inde, Oman) sont à l’origine d’une série de projets se fondant sur la pluralité des rapports homme/nature. Après son une œuvre d’art monumentale et participative «  1 Heart 1 Tree », qui a transformé la Tour Eiffel en forêt virtuelle en ouverture de la COP21 et permis la plantation de plusieurs dizaines de milliers d’arbres, elle présente aux Audi talents awards «Talking tree», une œuvre interactive qui questionne la dimension sensible des plantes.

L’ambition du projet qui s’appuie sur de solides recherches scientifiques (visualisation des ondes sonores, analyse des ondes électromagnétiques) est de rendre visible l’intelligence des plantes sous la forme d’ondes physiques qui se répandent à la surface du plan d’eau, prenant la forme d’un langage visuel, mêlé d’images projetées et de sons. Chaque visiteur pourra ainsi établir un lien avec un arbre, instaurant ainsi un contact d’un nouveau type avec la nature.